Le forum qui veut se faire une (petite) place au Soleil


 
AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Exercice n°2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fantome
Demi Lune


Nombre de messages : 633
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Exercice n°2   Mer 19 Juil - 13:36

Décrire une vieille godasse qui se prélasse au soleil.
10 lignes max.
Puis décrire cette même godasse qui souffre des affres de l’hiver.
10 lignes max.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joce
Lune Noire


Nombre de messages : 937
Age : 44
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Exercice n°2   Mer 19 Juil - 23:10

- Hum ! L’été et ses beaux jours ! Quel régal pour une vieille chaussure comme moi de trouver un peu de réconfort sous un soleil aussi bienveillant. Un peu de chaleur n’est pas du luxe pour mes vieux cuirs…

La vieille chaussure fermait les yeux et souriait à cet astre si généreux. Comme par enchantement les chauds rayons avaient balayés les souvenirs d’une vie longue et dure passée sur le bitume.

La vieille chaussure restait immobile sur un petit rocher qu’elle partageait avec quelques lézards tout aussi amoureux des chaudes caresses solaires. Le silence et une petite brise finirent par entraîner délicatement la vieille chaussure dans un profond sommeil.

Le temps s’écoula et l’hiver s’installa. Les lézards étaient partis et le soleil avait perdu de son éclat. La vieille chaussure se retrouva seule et abandonnée.

Un vent glacial se leva et fouetta sa peau de cuir gelée. Recroquevillée sur elle-même, elle n’avait nulle part où aller.

La nuit tomba. Un froid intense s’installa et les premiers flocons de neige tombèrent. La vieille chaussure toute tremblante regarda la danse légère des flocons recouvrir peu à peu tout le paysage.

Soudain, elle prit conscience qu’elle allait elle aussi disparaître sous ce manteau blanc. Elle sautilla dans tous les sens et cria de tout son souffle ! Mais personne ne l’entendit. Peu à peu, elle sentit le froid glacial l’envahir. Le poids de la neige sur elle se fit si lourd qu’il l’immobilisa définitivement.

Dans sa détresse, la vieille chaussure laissa couler une larme qui se transforma aussitôt en une petite perle glacée. L'instant d'après dans un profond silence, toutes vies avaient été figées dans un décor en noir et blanc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fantome
Demi Lune


Nombre de messages : 633
Date d'inscription : 04/01/2006

MessageSujet: Re: Exercice n°2   Jeu 20 Juil - 11:07

Citation :
- Hum ! L’été et ses beaux jours ! Quel régal pour une vieille chaussure comme moi de trouver un peu de réconfort sous un soleil aussi bienveillant. Un peu de chaleur n’est pas du luxe pour mes vieux cuirs…

La vieille chaussure fermait les yeux et souriait à cet astre si généreux. Comme par enchantement les chauds rayons avaient balayés les souvenirs d’une vie longue et dure passée sur le bitume.

La vieille chaussure restait immobile sur un petit rocher qu’elle partageait avec quelques lézards tout aussi amoureux des chaudes caresses solaires. Le silence et une petite brise finirent par entraîner délicatement la vieille chaussure dans un profond sommeil.

Ce passage est composé de 3 paragraphes. Chacun de ces paragraphes, parle au début du soleil et se termine par une phrase qui fait à mon sens retomber le coté gaieté/soleil/été :
- Un peu de chaleur n’est pas du luxe pour mes vieux cuirs…
- … les souvenirs d’une vie longue et dure passée sur le bitume.

- …entraîner délicatement la vieille chaussure dans un profond sommeil.

Si tu reprends la première phrase de chacun de ces paragraphes. Tu verras que le soleil et la chaussure reviennent constamment. Certes c’est pas écris de la même façon mais ça reste du ‘redit’ à mon sens.

Redondance dans l’utilisation de ‘vieille chaussure’. 3 fois durant ces 3 petits paragraphes.

Citation :
Le temps s’écoula et l’hiver s’installa. Les lézards étaient partis et le soleil avait perdu de son éclat. La vieille chaussure se retrouva seule et abandonnée.

Un vent glacial se leva et fouetta sa peau de cuir gelée. Recroquevillée sur elle-même, elle n’avait nulle part où aller.

La nuit tomba. Un froid intense s’installa et les premiers flocons de neige tombèrent. La vieille chaussure toute tremblante regarda la danse légère des flocons recouvrir peu à peu tout le paysage.

Soudain, elle prit conscience qu’elle allait elle aussi disparaître sous ce manteau blanc. Elle sautilla dans tous les sens et cria de tout son souffle ! Mais personne ne l’entendit. Peu à peu, elle sentit le froid glacial l’envahir. Le poids de la neige sur elle se fit si lourd qu’il l’immobilisa définitivement.

Dans sa détresse, la vieille chaussure laissa couler une larme qui se transforma aussitôt en une petite perle glacée. L'instant d'après dans un profond silence, toutes vies avaient été figées dans un décor en noir et blanc.

Point discutable : supprimer les ‘et’ et les remplacer par des ‘,’.
Je trouve la transition réussie. Tu as repris les éléments du passage de l’été et par ce paragraphe, tu les as mis de coté (soleil, lézards). Tu as posé le décor et l’ambiance.

Citation :
Un vent glacial se leva et fouetta sa peau de cuir gelée. Recroquevillée sur elle-même, elle n’avait nulle part où aller.

Rien à redire, c’est juste. Si tu lis ce passage en faisant abstraction du fait qu’il s’agit d’une chaussure, on croirait que tu parles d’une personne. Lorsque je lis ce passage j’imagine très nettement la situation. C’est bien réussi.

Citation :
La nuit tomba. Un froid intense s’installa et les premiers flocons de neige tombèrent. La vieille chaussure toute tremblante regarda la danse légère des flocons recouvrir peu à peu tout le paysage.

Quelques redondances : le verbe ‘Installer’ – le mot ‘flocon’ – le verbe ‘tomber’
Le vocabulaire de la dernière phrase me semble bien approprié.

Citation :
Soudain, elle prit conscience qu’elle allait elle aussi disparaître sous ce manteau blanc. Elle sautilla dans tous les sens et cria de tout son souffle ! Mais personne ne l’entendit. Peu à peu, elle sentit le froid glacial l’envahir. Le poids de la neige sur elle se fit si lourd qu’il l’immobilisa définitivement.

La 1ère phrase est à revoir. Bien qu’elle soit correctement construite, elle n’est pas ‘chantante’ à la lecture sur le passage où la consonance en ‘L’ est forte.
Il faut revenir à la ligne après ‘..ne l’entendit’ afin que le lecteur se pose et prenne conscience du fait dont tu viens de parler. Si tu ne reviens pas à la ligne, la lecture s’enchaîne et l’effet est moindre.

Citation :
Dans sa détresse, la vieille chaussure laissa couler une larme qui se transforma aussitôt en une petite perle glacée. L'instant d'après dans un profond silence, toutes vies avaient été figées dans un décor en noir et blanc.

Revenir à la ligne après ‘perle glacée’.

Pour chipoter un peu : tu as utilisé 3 fois un mot appartenant à la même racine : glace – vent glacial – froid glacial – perle glacée

J’ai trouvé la partie concernant l’hiver nettement plus réussie et convaincante. J’ai eu plus d’images qui se sont mises en place à la lecture que sur la 1ère partie.

Continue ainsi Joce.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Antqueen
Lune Grise


Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 29/06/2006

MessageSujet: Re: Exercice n°2   Jeu 20 Juil - 18:37

Un chaussure se prélassait au soleil, dans un champ verdoyant. C'était un magnifique été.

Elle se prélassait? Elle était souvent visitée par des myriades d’amis : vers, asticots, et même des rats venaient lui rendre visite! C’était sa joie d’avoir tous ces petits visiteurs auprès d’elle!

Quand arriva l’hiver, l’attente se fit longue et ennuyeuse. Un jour, elle aperçut un corbeau qui passait par là :

-Hey, Le Corbeau!
-Qu’y a-t-il? On me parle?
-Oui, c’est moi, ici! Regarde à tes pieds!
-Ha oui, je te vois! Que me veux-tu?
-Dis-moi, pourquoi tous mes visiteurs ne viennent plus? J’avais eu des visites d’Asticots, de Fourmis, de Monsieur Rat, mais là, plus personne ne vient me voir! Pourrai-je un jour les revoir?
-Je ne crois pas.

À ces mots, la chaussure frissonna. Un visiteur aurait pu croire qu’elle bougeait à cause du vent, mais non, c’était réellement la chaussure qui frissonnait de solitude!

Elle ne put s’empêcher de poursuivre la conversation avec ce corbeau, un de ses si rares visiteurs par ce temps froids et glacial :

-Toi qui semble tout savoir, Corbeau, pourquoi n’aurai-je plus de visiteurs, même l’été revenu? Je croyais que c’était l’hiver qui avait fait fuir mes nouveaux petits amis, mes je vois que non, d’après ce que tu me dis!

-C’est qu’il n’y a plus de cadavre à dévorer.

Sur ce, le corbeau s’envola. La chaussure ne comprit pas trop cette phrase lugubre. Elle se sentait bien vivante, elle! Bon, c’est vrai, elle avait le cuir fendu, plein de trous. Mais elle était toujours là, dans ce champ!

- - - - - - - - - - - -
Scusez pour le nombre de lignes, j'ai un peu triché, volontairement! Surprised

Antqueen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joce
Lune Noire


Nombre de messages : 937
Age : 44
Localisation : Auvergne
Date d'inscription : 29/05/2006

MessageSujet: Re: Exercice n°2   Jeu 20 Juil - 19:11

Merci, Fantome pour ta critique.

Bienvenue à toi, Antqueen ! C'est bien d'avoir un peu de renfort. Very Happy Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Exercice n°2   Aujourd'hui à 17:16

Revenir en haut Aller en bas
 
Exercice n°2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exercice de diction.
» [Article] De l’intérêt de l'exercice "double jeu"
» "COLD RESPONSE" : exercice de l'armée de Terre
» exercice corps pastel
» exercice du cycle 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum qui veut se faire une (petite) place au Soleil :: LES Z'ATELIERS (ici on bosse !! aucun flood merci !) :: Atelier d'écriture-
Sauter vers: